Le site de référencement des bronzes français

« Le fondeur est la troisième main du sculpteur »

Bibliographie

Cette bibliographie concernant la fonderie d'art, le bronze et les sculptures en bronze est non exhaustive. N'hésitez pas à nous communiquer les références bibliographiques de vos ouvrages pour l'enrichir.

- LEBON Elisabeth. Dictionnaire des fondeurs de bronze d'art, France 1890-1950, Marjon éditions, Perth (Australie), 2003.
« Collectionneurs, marchands, experts, conservateurs, antiquaires, trouveront un riche outil de documentation sur les bronzes d’art dans cet ouvrage qui rappelle et date les différentes appellations des fonderies, précise leurs périodes d’activité, les techniques employées, reproduit les signatures, poinçons, cachets utilisés, et indique le nom des principaux artistes ayant fait appel aux différentes maisons. Les notices restituent l’histoire de chaque entreprise, de sa création à sa disparition, et la mémoire des hommes qui l’animèrent.
Seules ont été retenues les fonderies actives entre 1890 et 1950 mais nombre de ces maisons furent fondées plus tôt dans le XIXe, voire au XVIIIe siècle, et pour certaines ont perduré jusqu’à nos jours. Les historiques très complets apportent donc d’amples informations sur une période bien plus vaste.
Historiens, documentalistes, étudiants pourront également puiser dans l’abondant texte historique introductif: du XIXe au XXe siècle, les enjeux sociaux, économiques et artistiques, l’évolution du statut accordé à la sculpture et à ses créateurs, transparaissent au travers de la place dévolue au bronze d’art et de la rivalité entre deux techniques de fonte. L’évocation des hommes qui contribuèrent à cette histoire rappelle la part des ouvriers de l’industrie du bronze dans la construction du mouvement ouvrier, restitue le combat des artistes pour la reconnaissance de leur talent et ravive la mémoire de grands artisans qui surent magnifier la qualité du bronze d’art français.
Un index général des fondeurs et fonderies ainsi qu’un index des artistes aideront le lecteur à trouver rapidement un renseignement.
Un rappel des principaux textes législatifs et une bibliographie générale complètent ces informations. »

- LEBON Elisabeth. Dictionnary of Art bronze founders, France 1890-1950, English translation, Marjon Editions, Sladmore Editions, Perth (Australia), Londres (GB), 2014.
Traduction anglaise du texte de l'ouvrage précédent (sans illustrations), vendu en coffret avec l'ouvrage original. S'adresser à la Sladmore Gallery, Londres (www.sladmore.com/)

- LEBON Elisabeth. « Carriès et Bingen, la collaboration exemplaire d’un sculpteur et d’un fondeur » in Jean Carriès (1855-1894) ou la terre viscérale, actes du colloque, les Musées d’art et d’histoire -Auxerre, Association des Amis du Musée du Grès - Saint-Amand-en-Puisaye, Auxerre, 2007, pp. 91 à 100.

- LEBON Elisabeth. « Les frères Richard, fondeurs de David d’Angers » in La sculpture au XIXe siècle : Mélanges pour Anne Pingeot, Nicolas Chaudun, 2008, pp. 124 à 129.
« Cet article s'attache aux frères Jean-Jacques et Louis Richard, premiers fondeurs des médaillons de David d'Angers. Il retrace l'histoire de ces hommes, celle de leurs entreprises et des associés de Louis Richard: Quesnel, Eck et Durand. »

- LEBON Elisabeth. “Die Rolle des Bildhauers bei der Herstellung von Bronzegüssen in Frankreich vom 17. zum 20. Jahrhundert”, Posthume Güsse - Bilanz und Perspektiven, Deutscher Kunstverlag, Arp museum, 2008, pp.58 à 66.
(“Le rôle des sculpteurs dans la fabrication de bronzes en France du XVIIe au XXe siècle”, Fontes posthumes - Bilan et perspectives)

- LEBON Elisabeth. Fonte au sable, fonte à cire perdue - Histoire d’une rivalité, collection « Faire », Editions Ophrys/Institut National de l’Histoire de l’Art (INHA), Paris, 2012.
« Le XIXe siècle a connu une célèbre rivalité entre deux procédés de fonte des bronzes d'art, l'un sensé avoir servi avant tout la production industrielle qui a inondé le siècle : la fonte au sable, et l'autre réputé plus artistique mais plus coûteux : la fonte à la cire perdue. Intriguée par les incohérences de cette version qui s'est propagée jusqu'à nos jours, l'auteur s'est écartée destextes partisans et polémiques habituellement cités pour aller vers les sources originelles, techniques et archivistiques, afin de cerner les raisons fondamentales des choix et tenter d’éclaircir les paradoxes. Une nouvelle histoire de cette rivalité entre procédés est alors apparue. Loin des interprétations habituelles, elle met en lumière, de façon insoupçonnée dans un tel domaine et à travers de surprenants retournements, la soumission de la sculpture et de ses acteurs à des enjeux idéologiques majeurs, aboutissant à une modification fondamentale de ses ressorts profonds. »
Cet ouvrage est prolongé et enrichi par des développements proposés en ligne sur le site de l'INHA:

- LEBON Elisabeth. Le fondeur et le sculpteur, Les Essais de l'INHA, 2012, http://inha.revues.org/3243
« Cette publication disponible gratuitement en ligne propose des développements à l'ouvrage Fonte au sable, fonte à la cire perdue - Histoire d'une rivalité. : un approfondissement de certains chapitres (les procédés de fonte sous l'Ancien Régime, la fonte en terre, le moulage à la gélatine, etc...), des études de cas avec un nouvel éclairage porté sur la gestations des œuvres grâce aux informations recueillies à propos des procédés de fonte (le Surtout du Duc d'Orléans, la Jeanne d'arc de Paul Dubois), la transcription intégrale de textes anciens inédits tels le manuscrit d'Eugène Gonon sur l'art de fondre à la cire perdue, une vaste bibliographie avec les liens permettant d'accéder directement aux textes originaux lorsqu'ils sont disponibles en ligne, un répertoire des noms propres avec leurs notices biographiques détaillées, parfois elles-mêmes assorties de petits essais, un glossaire technique. »

- RAMA Jean-Pierre. Le Bronze d'Art et ses techniques. Editions H.VIAL, Mai 2003.
Avec la participation de Jacques BERTHELOT, et un Avant-propos de Jean BERNARD.

Liste actualisée le 24/02/2016.